Gestion de la classe

Une particularité de l’enseignement à l’étranger est de travailler avec des collègues qui n’ont pas suivi de formation initiale. Ce sont souvent des professeurs très compétents dans leur discipline, mais qui souffrent dans leurs pratiques pédagogiques.

J’ai ainsi pu animer un stage pour ces collègues, afin de leur apporter des informations utiles sur « la gestion de la classe », que ce soit au niveau spatial, temporel ou encore de quelques points clés de l’apprentissage. Je vous livre ici quelques diaporamas qui nous ont servi de « décors ».

Pour préparer cette formation, je me suis basé sur mon expérience, bien sûr, mais aussi de théorie, dont les lectures suivantes :

  • Anthologie des textes clés en pédagogie, de Danielle Alexandre ;
  • Réussir ses premiers cours, de Jean-Michel Zakhartchouk ;
  • Les méthodes qui font réussir les élèves, de Danielle Alexandre ;
  • Élèves et professeurs : réussir ensemble, de Jean-Luc Guillaumé.

Tous ces ouvrages ont été édités par ESF, et je vous en recommande la lecture !

Dans ce premier diaporama, voici un point sur le socle commun de connaissances et de compétences :

Un petit mot sur une question essentielle « comment apprend-on ? » :

En tant qu’enseignants du secondaire, nous n’avons pas appris à formuler des fiches de préparation, mais je reste persuadé qu’il s’agit pourtant d’un excellent exercice. Les enseignants du primaire en tirent profit pour gérer parfaitement leur classe, que ce soit pour passer d’une discipline à une autre ou même pour traiter l’hétérogénéité, ce qui tout aussi fondamental au secondaire.

Comme nous le dit très bien Danielle Alexandre :

« Enseigner au XXIème siècle implique de renoncer à certaines méthodes, qui ont pu séduire autrefois parce que l’école fonctionnait selon un modèle d’exclusion et éliminait impitoyablement tous ceux qui n’entraient pas dans le moule. Assumer résolument la diversité des élèves aujourd’hui suppose des évolutions pédagogiques majeures. L’accès de tous à des études plus longues n’est pas seulement une nécessité économique liée aux exigences de la poussée des technologies, c’est un idéal humaniste et démocratique. »

Les collègues m’ont posé des questions sur la sanction/punition, ce fût donc l’occasion de faire un point à ce sujet :

Nous avons ensuite discuté de la position des élèves dans la classe, de celle de l’enseignant aussi (position souvent trop verticale…), des questions autour de la réorganisation possible de la classe en cours de langues. Voici un donc un diaporama pour mettre les élèves au travail, les guider… et surtout pour donner du sens aux cours :

Le temps imparti étant écoulé, nous avons stoppé à ce niveau de la formation… une suite aurait été très appréciée. Cela aurait pu reprendre avec le diaporama suivant :

4 réponses à Gestion de la classe

  1. Alice dit :

    Il est intéressant de lire les différence entre l’Education Nationale française et le système anglais. Comme j’ai été formé par ce dernier, je note que j’ai appris à faire des fiches, ce qu’on appelle des « lesson plans ». Sans ces fiches, je me sens incapable de donner un cours. De même j’écris toujours au tableau la date et l’ojectif de la leçon. Je note aussi que j’aime bien commencer mes cours par l’appel mais on appelle cela « active register ». L’élève répond à une question pas seulement par « oui » ou « non ». Sinon félicitations pour ce blog 🙂

  2. vb_admin dit :

    Merci Alice, je comprends que l’ « active register » consiste à démarrer la séance en impliquant d’emblée chaque élève, est-ce en lui posant une question relative à la séance précédente ? Mais alors combien de temps cela prend-il si tu le fais pour tous les élèves ?
    À bientôt.

  3. Alice dit :

    Oui les questions sont relatives aux séances précédentes comme un rappel des connaissances. Ce sont des questions rapides; si un élève tarde à donner une réponse, on peut choisir de passer à l’élève suivant. On essaye que cela ne prenne que 15 minutes maxi si le cours dure une heure. Si le cours dure moins d’une heure, on se passe de la faire ou on ne choisit que quelques élèves sur la liste. C’est un bon moyen pour réviser avant de commencer quelque chose de nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *