TICE

Les TICE, ce sont les Technologies de l’Informatique et de la Communication pour l’Enseignement. On entend ici en général « informatique », ce qui est un peu réducteur, c’est vrai, mais qui a l’avantage d’être parlant pour la plupart des intervenants.

On dit aux élèves qu’on va travailler en salle informatique (SI) par exemple. Au début il fallait préciser qu’on va en SI non pas pour faire de l’informatique, mais pour travailler les mathématiques, aujourd’hui, l’utilisation de cette salle mais aussi des outils informatiques en classe, tels le portable couplé au vidéo-projecteur, ou encore le Tableau Blanc Interactif (TBI) font que l’outil informatique est, de plus en plus, aux yeux des élèves un outil comme un autre : comme la calculatrice, et petit à petit même comme une règle par exemple. Et cela prend du temps… Il est assez évident que si l’on veut tracer un trait rectiligne, la règle est un bon outil… si l’on cherche à construire une figure un peu compliquée, les élèves sont habitués à tracer une figure à main levée avant de prendre les instruments de géométrie (ils n’ont pas le réflexe d’attraper leur règle et de commencer un tracé au hasard)… mais dans un problème numérique, nombreux sont encore les élèves à tapoter sur leur calculatrice avant même d’avoir écrit quoi que ce soit sur leur feuille… On ne les habitue pourtant pas à faire ainsi. Avec l’outil informatique, pour certains élèves, le miracle attendu est encore plus grand, l’ordinateur est capable de tout résoudre tout seul !

Au début des années 2000, nous commencions à être équipés de salles informatiques multimédias, exit l' »Informatique pour tous » du milieu des années 80 avec les TO7 ! Ainsi, passionné d’informatique, j’ai rapidement investi ce secteur pour modifier quelques pratiques pédagogiques. J’ai eu l’occasion d’animer des stages internes pour les collègues d’abord puis pour l’apport de l’outil dans les cours. J’ai ensuite été sollicité pour travailler avec des collègues de l’académie de Nantes afin de proposer des activités (clés en main, mais surtout des idées) aux collègues de math du collège pour une utilisation efficace des TICE dans le cours de math. On m’a également demandé de participer aux formations IUFM, pour les formations initiales et pour les préparations orales du CAPES avec utilisation des TICE. Je vous propose ici quelques éléments de réflexion, accompagnés des fichiers, à appliquer essentiellement en salle informatique, ou dans certains établissements directement dans les classes, quand les élèves sont équipés. Pour ce qui est de l’utilisation du TBI, il faut se rendre sur cette page.

L’apprentissage du tableur-grapheur, l’utilisation de logiciels de géométrie dynamique, sont inscrits dans les programmes.
Il s’agit donc d’un incontournable !

Il ne s’agit pourtant pas d’utiliser l’informatique à tout va, n’importe comment, mais bel et bien de se poser toujours la question fondamentale : « est-ce que pour cette situation, son usage est pertinent ?« . Si la réponse est négative, cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas l’utiliser, mais cela ne doit pas faire perdre de temps voire causer des difficultés supplémentaires inutiles à certains élèves.

Nous pouvons dire que l’ordinateur en classe sert à :

  1. présenter (une figure, un résultat, une séance de calcul mental, …)
  2. visualiser (une animation dynamique, une figure dans l’espace, …)
  3. découvrir (une nouvelle notion, que dessiner n’est pas construire, …)
  4. modéliser (une situation, …)
  5. explorer une situation problème (conjecturer, démontrer – dans le cas de contre-exemples)
  6. expérimenter (s’initier au calcul littéral, tester une formule, …)

Je vous livre des fichiers qui ne sont pas tous de ma création. Il y en a que j’utilise encore en classe et d’autres qui ne me satisfont plus, je vous laisse les tester avant de les proposer à vos élèves :

des fichiers cabri, des fichier geoplan, des fichiers geospace et des fichiers tableur.

Pour le tableur, une page intéressante.

Remarque au sujet du choix des logiciels : aucun logiciel n’est imposé, chaque enseignant est libre d’utiliser et de faire utiliser ceux qu’il souhaite, en respectant toutefois que ceux-ci répondent au cahier des charges, à savoir être à la portée des élèves, être cohérent avec les propriétés mathématiques et s’ils ne sont pas gratuits que l’établissement possède la licence.

Pour ma part, ayant démarré il y a plusieurs années avec Cabri, je l’utilise plus facilement que Geogebra, mais je dois reconnaître que Geogebra a de nombreux avantages (gratuit mais aussi des fonctionnalités nouvelles, du calcul algébrique). Petit à petit je modifie les fichiers… mais ceux qui ont pris plusieurs heures de création restent encore sous Cabri…

Voir aussi cette page pour liens.

N’hésitez-pas à me faire part des erreurs qui s’y trouveraient et même bien sûr des améliorations à apporter !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *